Le Mowash’shah, poème arabo-andalou du IXe siècle, est contemporain des chants de troubadours et de trouvères de l’occident médiéval dont il partage la délicatesse et les thèmes. Appartenantà la musique classique arabe, il reste toujours vivant au Moyen-Orient. Son nom signifie à l’origine : « Mantille brodée symétriquement de perles et de bijoux dont la femme se pare ».

Imaginant que les mowash’shahs n’aient jamais quitté l’Espagne, Michèle Claude a sélectionné treize de ces mélodies qu’elle a harmonisées en mélangeant les basses obstinées (ou grounds) du XVIIe siècle aux accords modernes du XXe siècle. Elle les a orchestrées tout en laissant placeà l’improvisation, à la manière des musiciens de tradition orale grâce à qui cette musique a survécu. Tous de formation classique, les musiciens choisis évoluent dans différents horizons musicaux (médiéval, baroque, contemporain, tzigane, cubain, jazz…) et jouent sur instruments anciens.

La musique devient … méditerranéenne et intemporelle.